Tiens, on commence seulement à piger les dérives de GraphSearch FB;-)

Tiens, on commence seulement à piger les dérives de GraphSearch FB;-) 

« Si vous cherchez, enfin, une liste des « filles célibataires habitant près de chez vous et ayant indiqué sur Facebook qu’elle aiment boire beaucoup d’alcool » ou des « personnes mariées ayant indiqué sur Facebook qu’elles ‘aiment’ les prostituées » : Graph Search aura la réponse »

http://rezonances.blog.lemonde.fr/2013/01/23/les-resultats-derangeants-de-graph-search-le-nouvel-outil-de-recherche-sur-facebook/

0 réflexion au sujet de « Tiens, on commence seulement à piger les dérives de GraphSearch FB;-) »

  1. les dérives de FB tout court pour ceux  qui :

     – ne prennent pas le temps de régler les options de confidentialité

     – mélangent vie privée/ vie publique

    mais sur ce dernier point , de nos jours , y a t’il vraiment une différence ?

  2. Quelles dérives ?

    Les informations sont déjà présentes, Graph Search est juste une autre façon de les présenter. Certes beaucoup plus simple, mais l’origine de tout cela, ce sont bien les personnes qui ont renseigné les informations que Graph Search restitue.

    La qualité d’un moteur de recherche résidant avant tout dans sa pertinence, je ne pense pas que l’utilisation qui peut en être faite soit un bon moyen d’évaluation. D’ailleurs, on pourrait reprocher la même chose à Google et consorts.

  3. Roland Izard cela me semble évident,la majorité des utilisateurs de Facebook ne savent pas l’utiliser, dès lors, il est facile d’imaginer quelles sont les utilisations « dérivées » que certaines personnes peuvent faire.

  4. Jean-Marie LOUCHE : premièrement, je ne partage pas ce constat. Je suis d’avis qu’une grande partie des utilisateurs sait comment configurer ses paramètres de confidentialité, et qu’une autre grande partie (les plus jeunes) s’en moque, parce qu’elle est quasiment née avec. Quoi qu’il en soit, ce qui me semble évident, c’est de ne pas utiliser un outil que l’on ne maîtrise pas.

    Ensuite, les personnes qui ont mis qu’elles étaient célibataires l’ont explicitement renseigné. Les personnes qui ont mis qu’elles aimaient l’alcool l’ont explicitement renseigné. Les personnes qui ont mis qu’elles aimaient le racisme l’ont explicitement renseigné.

    C’est un réseau social ouvert, dont le principe même est de renseigner publiquement des informations sur sa personne. Le libre choix est laissé aux utilisateurs. Un principe de reponsabilité s’applique.

    Cela dit, tu es passé de « dérives » à « utilisations dérivées », et ça, ça change tout. Au final, on peut avoir une utilisation dérivée d’une clé à molette et tuer quelqu’un avec. Ce n’est pas pour autant qu’une clé à molette représente une dérive en soi.

  5. Roland Izard 

    Tu as ton avis, et c’est très bien. Oui, je pense que l’utilisateur reste « fautif » mais dans quelle mesure ?

    Pour ma part j’anime régulièrement des formations sur les médias sociaux, notamment Facebook, et la majorité des personnes que je rencontre ne savent pas gérer un compte FB. Pour moi, ce n’est pas un avis, c’est un constat !

    Oui, les personnes indiquent ce qu’elles aiment, etc.. mais sans savoir quelles sont les conséquences. 

    Selon un récent sondage (je ne trouve plus la source), plus de 95% des utilisateurs savent que FB n’est pas « bon » pour la vie privée, et pourtant le réseau est toujours utilisé. 

    Penses-tu que les gens savent également comment Google (pas google+) utilise les cookies et tracent les visiteurs afin d’affiner les résultats des PPC ? Non, bien entendu. Sinon pourquoi Google serait-il encore le moteur de recherche favori des Français.

    Bref, je reste sur ma position 😉 

    L’utilisateur en priorité (notamment celui qui ne connait pas) n’est pas encore prêt à « subir » ces changements. 

  6. Jean-Marie LOUCHE : Pour Google, je suis d’accord sur le fait que beaucoup ne le savent pas. Mais c’est une toute autre histoire à mon avis, précisément parce qu’il n’y a pas d’action de leur part.

    Au-delà de ça, la question est de savoir si on est prêt à vendre ses informations pour avoir un service de qualité et gratuit. Moi je pense que oui, et que même si tout le monde savait cela, Google resterait le moteur le plus utilisé.

    Simplement parce que ça fonctionne mieux que tout ce qui existe sur le marché. On peut toujours utiliser DuckDuckGo, mais sans parler du fait qu’il manque des fonctionnalités (images, actualités), c’est tout simplement beaucoup moins pertinent.

    Je me risquerais à faire un parallèle avec les marques premium : beaucoup sont prêts à payer plus cher pour avoir un produit de ce type, même si ça ne « vaut pas » son prix quand tu compares specs à specs avec du plus bas de gamme.

    Mais l’expérience obtenue est meilleure, et ça ce n’est pas quantifiable avec des critères classiques. Et aujourd’hui, c’est Google qui est au sommet de l’expérience de recherche 🙂

Répondre à karen legende Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *